ex libris jules boucher

 

«La Vérité éclate dans chaque phénomène de l’Univers. La Connaissance intime et profonde est accessible à chacun s’il sait méditer et comprendre. Tel est l’exorde de Louis-Claude de Saint-Martin, dans « Le Tableau Naturel ». […]
Saint-Martin distingue deux natures en l’homme : l’être sensible et l’être intellectuel. Le premier se manifeste dans l’impulsion des sens et le second dans la délibération de l’esprit. La Pensée créatrice est supérieure et antérieure à l’objet créé par l’homme, qui « pense sa machine avant de machiner sa pensée ».
Mais de quoi ou de qui l’homme tient-il sa faculté de penser ? De quoi ou de qui tient-il son être physique ? Il est impossible de penser que le « hasard » seul ait pu produire le monde. Devant une machine quelconque construite par l’homme peut-on espérer connaître l’inventeur, son être physique d’abord, ses facultés spirituelles ensuite, en examinant la machine ? Et pourtant les matérialistes en scrutant le monde constatent que la machine est faite pour fonctionner, ils examinent attentivement tout le mécanisme, ils s’émerveillent du jeu exact et précis de tous les organes et s’étonnent quand on admet un possible « inventeur » hors de la machine !
Nos découvertes, dans tous les domaines, ne font que rendre manifeste le rapport qui existe entre notre propre lumière et les choses. Cette dépendance de l’homme par rapport aux choses sensibles lui donne l’idée d’une force et d’une sagesse suprême et unique. Toutes les doctrines philosophiques et religieuses tendent vers l’Unité.
Le Martinisme est tout entier la doctrine de l’Unité. Nulle religion, nulle philosophie ne respecte autant l’individualisme de ceux qui s’y sont rallié que le Martinisme. Cette doctrine élève l’homme spirituellement et « intérieurement », c’est pourquoi elle est véritablement ésotérique.»

Jules Bouchet (1902-1955)

Anúncios